Bilan du projet assainissement au sein d’un complexe scolaire à Koudougou.

Rappel du projet

Ce projet de soutien à l’assainissement élaboré avec nos partenaires burkinabé a pour ambition de prolonger et d’optimiser des actions liées à la préservation de l’environnement en milieu scolaire réalisées au cours de précédents projets menés à Koudougou au Burkina Faso.
Ceux-ci ont permis entre autres :

  • l’organisation d’ateliers BD écologique au collège/lycée St Augustin pour sensibiliser les jeunes aux réalités écologiques en 2017,
  • la construction d’un bloc de 4 latrines au collège/lycée St Augustin en 2018 la construction d’un bloc supplémentaire de 4 latrines au collège/lycée St Augustin en 2020,
  • la recherche et la mise en œuvre de solutions nouvelles pour sensibiliser les jeunes de trois établissements scolaires et les encourager à agir pour la protection de l’environnement de leurs territoires au cours du projet « zéro déchets dans mon école ». Ce dernier projet qui a bénéficié du soutien de GrandAngoulême en 2021 a concerné le collège /lycée St Augustin.

Au collège/lycée St Augustin, deux blocs de 4 latrines ont donc été construits et des actions de sensibilisation ont été réalisées. Ces latrines sont très utilisées et bien entretenues. Cependant sur le site St Augustin coexistent le collège/lycée et 3 écoles primaires. Or, les 3 écoles primaires sont dépourvues de latrines, un bloc existant étant
vétuste et inutilisable ce qui pose des problèmes d’insalubrité aux alentours des bâtiments scolaires.
Au regard de ce constat, dans un premier temps, un assainissement adéquat par la construction de 2 blocs de 4 latrines réservés aux élèves et au personnel des écoles primaires nous semble être fondamental pour améliorer la salubrité et préserver les conditions d’hygiène. Cette action sera aussi suivie d’un accompagnement à la mobilisation
et la responsabilisation des jeunes élèves à la gestion de leur environnement…


Réalisations

La construction des 2 blocs de latrines…

Au regard des besoins en équipements sanitaires, des échanges avec les partenaires burkinabé nous ont conduits à prendre la décision de faire un bloc de 5 latrines et un bloc de 4 latrines (au lieu de 2 blocs de 4 latrines) avec chacun un poste réservé au personnel. Conscients que le nombre de latrines sur le site reste malgré les efforts insuffisants
(14 postes pour 2000 élèves et 3 postes pour les encadrants). Nous avançons petit à petit… Afin que les 3 écoles aient chacune un bloc, le projet de construction d’un bloc supplémentaire est en cours, un dossier a été déposé en réponse à l’appel à projet de la Région Nouvelle Aquitaine, celui-ci a été refusé…

La facture des 2 blocs a été conforme aux devis. Le supplément pour l’ajout d’un poste supplémentaire a été pris en charge par l’association (devis 2 blocs de 4 postes 14 665 €, supplément pour poste supplémentaire 1 799€), les frais liés aux actions de sensibilisation et d’investissement se sont élevées à 435 euros.
Les activités d’accompagnement à la mobilisation et la responsabilisation des jeunes élèves à la gestion de leur environnement ont eu lieu.
Des réunions fréquentes via internet avec les différents partenaires ont permis d’établir et de suivre un plan d’actions encadrées par deux jeunes étudiants eux même encadrés par RAVIRES (Réseau des Anciens Volontaires de Réciprocité, d’Échanges et de Solidarité du Burkina Faso), partenaire du projet et un responsable de l’établissement référent du « club des ambassadeurs de l’environnement » créé lors des précédents projets et en prolongement des actions déjà réalisées.
Trois journées de sensibilisation et d’investissement ont été réalisées.